Vous êtes ici

Neosmia

Neosmia

Capteur d'odeurs dédié aux personnes ayant perdu tout ou parti de leur odorat

Le produit

Aryballe Technologies développe un capteur d'odeurs dédié aux personnes ayant perdu tout ou partie de leur odorat.
L'anosmie, se caractérise par une perte totale du sens de l'odorat. Au-delà des odeurs ressenties lors d'une aspiration nasale ce handicap concerne également les saveurs perçues dans la bouche par le mécanisme de
retro-olfaction. En effet seules les saveurs sucrée, salée, amer, acide et umami concernent le goût dont l'absence est nommée agueusie. L'anosmie concerne environ 1 à 2 % de la population mondiale, 15 % des personnes à partir de 60 ans et 70% des personnes âgées au-delà de 80 ans. C'est également un signe précurseur des maladies neuro-dégénératives (Alzheimer, Parkinson...). Ceci représente un marché estimé à 500 M d'€ pour les pays occidentaux.
Une première phase de prototypage a permis de développer une puce SPRi dédiée, une base de données et un nouveau prototype.
Dans un second temps, et sur la base des développements issus du projet NEOSMIA, une seconde phase de prototypage a été réalisée, elle a impliqué la fabrication de 10 prototypes identiques permettant d'une part de valider en condition réelle le fonctionnement du capteur olfactif, mais également de le faire tester par de premiers patients souffrant d'anosmie.
Ce prototype est actuellement en phase d'industrialisation, il devrait être commercialisé d'ici début 2017.

Histoire du produit

Dans son produit, la société Aryballe Technologies combine nanotechnologies, biotechnologies, sciences de l'information et sciences cognitives afin de générer de l'innovation de rupture. Cette technologie appelée " Technologie Résonnance Plasmonique de Surface par imagerie adaptée à l'analyse sensorielle ", initialement brevetée par le CEA et le CNRS, présente l'ensemble de ces caractéristiques.
Le défi d'Aryballes Technologie était donc de transformer un instrument de laboratoire lourd et encombrant en un capteur miniaturisé et incluant des composants " low cost ".
Une phase de développement de 7 mois a donc été réalisée dans le but d'obtenir à échelle et coût réduits un instrument permettant d'obtenir des résultats identiques à ceux obtenus lors de la phase de preuve de concept. Ce développement a été réalisé en partenariat avec le département des Micro-Technologies pour la Biologie et la santé (DTBS) du Leti, connu pour ses compétences de développement de dispositifs innovants, et le laboratoire CREAB de l'INAC (CEA-CNRS-UGA).
Cette étape a été réalisée avec succès entre l'automne 2014 et le printemps 2015. Elle a permis à la société de faire fabriquer sur cette base une
vingtaine de prototypes, mais également de signer des premiers partenariats notamment dans le domaine de la santé.
Aryballe Technologies a depuis renforcé son réseau de collaborateurs industriels dans le cadre du montage d'un consortium français réunissant 7 partenaires et ayant bénéficié d'un financement FUI. Enfin, la société vient également de boucler un tour de table de 3 M€. Actuellement en phase d'industrialisation, la société prévoit de produire et de vendre près de 10 000 capteurs d'odeurs, notamment pour les patients souffrant d'anosmie, en 2017.

Produit infos dun produit

Financé par

Projet Financé par l'IRT Nanoelec à travers son programme Easytech, piloté par Minalogic

Délai de mise sur le marché

24 mois

Financeur public

Région Auvergne-Rhône-Alpes, Conseil Départemental de l'Isère, Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole, Ville de Grenoble

Investissement

R&D : 300 KEuro Industrialisation : 500 KEuro Commercialisation : 1 MEuro d'euros

Nombre d'emplois créés

2 emplois

Chiffre d'affaires généré

100 K€

En collaboration avec

CEA DTBS