Vous êtes ici

LINKSIUM : Microlight3D imprime l'infiniment petit et crée 6 emplois

Microlight3D, la startup qui révolutionne l’impression 3D dans le domaine de la santé, crée des emplois pour des profils hautement techniques dans le bassin grenoblois.

 

Microlight3D, l’impression de biomatériaux à l’échelle du micron

  • Micro, car la startup apporte une miniaturisation jamais atteinte dans l’impression 3D de composants biologiques, avec une résolution aussi petite que 0.1 microns.
  • Light, car la technologie est fondée sur un rayon laser pulsé ultra-précis qui agit par photopolymérisation.
  • 3D car la machine imprime des polymères biocompatibles en 3 dimensions.

 

 

L’infiniment petit au service de la santé

C’est un apport inédit au monde médical. La technologie de Microlight3D permet la réalisation de micro-structures supportant des cellules, en particulier des cellules tumorales*, visant à recréer in vitro des tissus en 3D. La commercialisation des premières machines de Microlight3D dans des laboratoires de recherche permet ainsi d’entrevoir de nouvelles voies thérapeutiques vers la personnalisation du traitement de certains cancers.

 

 

6 jobs créés ex-nihilo

Derrière ces prouesses technologiques, il y a une équipe de fondateurs basée à Grenoble. L’entreprise tire sa force de ses complémentarités : Denis Barbier est un serial-entrepreneur qui connait le chemin passionnant et sinueux de la startup. Il mène l’équipe avec Michel Bouriau, directeur technique, qui a su développer la technologie à l’Université Grenoble-Alpes dès le début des années 2000. Philippe Paliard et Gabriel Gonzalez, jeunes ingénieurs, ont pu rejoindre l’aventure quand elle était encore en phase de maturation avec la SATT Linksium. Depuis sa création en décembre 2016, le développement rapide de Microlight3D se traduit par la vente de ses premières machines, le lancement de nouveaux produits, la recherche fructueuse de financements et aussi par le recrutement de nouveaux talents. L’entreprise a été récompensée par le ministère de la Recherche et de l’Innovation qui lui a décerné le Grand Prix du Concours I-LAB 2018.
Une équipe de passionnés se construit et s’étoffe de mois en mois. En septembre 2018, un technicien alternant en photonique rejoint l’équipe. Il contribue aux développements techniques de l’entreprise en poursuivant une licence professionnelle après un BTS à Grenoble. Cet automne, la startup recrute un profil d’ingénieur spécialisé dans la modélisation géométrique 3D.

 

Denis Barbier, CEO de Microlight3D, prend un soin particulier à consolider une équipe pérenne de manière à capitaliser sur les expériences engrangées et permettre d’optimiser le développement de l’entreprise. « Les compétences techniques des candidats sont clés, mais leur envie de participer à la construction de l’entreprise est primordiale », déclare Denis Barbier.

*le projet FUI 3D-Oncochip rassemble les PME Microlight3D et CTI-Biotech, deux laboratoires grenoblois, et est financé en partie par Grenoble-Alpes-Métropole.Microlight3D SAS

 

Bonus vidéo
Denis Barbier explique Microlight3D sur Télégrenoble le 26 septembre 2018 :
http://www.telegrenoble.net/replay/si-on-parlait_35/si-on-parlait-26-septembre-2018_x6uaavn.html

 

Information sur le transfert de technologies
Microlight3D est une start-up créée en Décembre 2016 suite à un accompagnement Linksium qui comprend une première phase de  maturation, puis une autre d’incubation, et une prise de participation au capital. Une technologie issue du laboratoire Liphy (CNRS/UGA) et valorisée par l’UGA

 

Pour plus d'infos